• Le Téléphone - de Stephan LEWIS

              Le Téléphone                                                                                  

    - Stephan LEWIS -
         

     
           Catherine et Julie, deux amies âgées de 14 ans, ont obtenu la permission parentale de partager la soirée et la nuit de vendredi à samedi.
          
           La première a donc invité la seconde, fière de lui faire découvrir son univers. La maison est très spacieuse. Elles ont passé la fin de la journée au sous-sol où se trouve la salle de jeux.
          
           Vers 20h30, les parents de Catherine, conviés à une soirée, ont fait leurs recommandations aux jeunes filles, afin que tout se déroule sans incident durant leur courte absence. Il a été convenu qu’elles regarderaient le film comique joué à la télévision avant de se mettre au lit.
         
            22 h 40 …
     
            - Il est déjà l’heure d’aller se coucher … soupire Catherine, négligemment allongée sur le canapé, se lissant ses longs cheveux blonds d’une main distraite.
           
            - Tu as sommeil ?… s’enquiert Julie, installée confortablement au creux d’un fauteuil et manifestement peu encline à se mettre au lit.
            
            - Non pas trop. Et toi ?         
           
            - Moi non plus. 
           
            - J’ai une idée… se réjouit déjà Catherine, l’air amusé, en éteignant le récepteur… Si on faisait une farce à quelqu’un avec le téléphone ?… suggère-t-elle à brûle-pourpoint, le visage éclairé d'un sourire espiègle.    
           
            - Une farce ?… s’étonne Julie, en affichant une mimique de surprise.
           
            - Oui, une blague quoi. Je me suis déjà prêtée à ce petit jeu. Tu verras, c’est marrant. Tu appelles une personne au hasard et tu lui poses une question débile. Elle ne tarde pas à se mettre en colère. Et hop, tu lui raccroches au nez !
           
            - Super ! Allez on le fait… s’enthousiasme déjà Julie en étouffant un bâillement, mais apparemment emballée par l’idée saugrenue de son amie. 
          
            C’est donc sans attendre, que Catherine s’est emparée d’un combiné, sur le clavier duquel elle s’est mise à pianoter fortuitement un numéro.
          
            Une voix d’homme, à l’intonation peu amène, ne tarde pas à se manifester à l’autre bout du fil.
          
            - Allô ! Qui est à l’appareil ?… se presse-t-il de demander.
          
            - Bonsoir monsieur. C’est pour une enquête… feint Catherine, tandis que son amie se retient de pouffer de rire.
           
            - Une enquête !… s’étonne l’autre… Et à cette heure ?  C’est une plaisanterie !… suspecte-t-il encore.
           
            - Non, non monsieur. On voulait simplement savoir … si votre grand-mère faisait du vélo ?… raille-t-elle effrontément en éclatant d’un rire moqueur, avant de replacer précipitamment le combiné sur son support, écourtant prématurément ce bref babillage.
         
            Subitement sujettes à un fou rire incontrôlable, les deux adolescentes mettent plusieurs minutes à récupérer, avant de pouvoir échanger leurs impressions sur la farce qui vient d’être jouée et qu’elles savourent sans aucune retenue.
         
            - C’est curieux… glousse Catherine, la remarque involontairement entrecoupée de rires spasmodiques et étouffés … mais il me semble connaître la voix de ce type !… confie-t-elle, perplexe.
          
            - Ce serait vraiment une coïncidence, étant donné que tu as composé un numéro au hasard… s’étonne Julie, les yeux larmoyants, maîtrisant avec peine cette hilarité communicative.
          
            La sonnerie du téléphone qui a retenti, a mis un terme à cette jubilation exubérante, qui s’est éteinte dans une sorte de hoquet
          
            - Tu .. tu crois que c’est « lui » qui rappelle ?… appréhende subitement Julie, dont la liesse d’un instant a fait place à l’inquiétude.
          
            - On répond ?… hésite Catherine, prise du même doute.
         
            - C’est peut-être quelqu’un d’autre…  escompte Julie, sans grande conviction.
          
            - A cette heure !… souligne Catherine, la moue dubitative.
         
            Plongées dans la même incertitude angoissante, les deux adolescentes subissent à présent les assauts incessants du timbre téléphonique, qui leur vrille les tympans avec acharnement.
        
            - Et si c’étaient tes parents désireux de s’assurer que tout va bien !… rappelle Julie.
        
            - Tu as raison. Et de toute manière, si c’est ce type, on s’excusera. C’était pas bien méchant après tout… minimise Catherine, banalisant la plaisanterie d’un geste d’indifférence.
        
            Ce disant, elle se décide à décrocher ...
         
            Mais à l’autre bout du fil, c’est un silence de mort tendu et inquiétant qui répond à leur attente …Plusieurs secondes s’écoulent, sans que leur mystérieux correspondant daigne se manifester. 
         
            Les deux intéressées ont échangé des regards étonnés. Et c’est avec un haussement d’épaules, que Catherine a replacé l’appareil sur son support.
        
            - Certainement une erreur de numéro… soupire-t-elle.
        
            Mais elles ont aussitôt sursauté, la sonnerie du téléphone retentissant de nouveau.
        
            D’un geste hésitant, Catherine a libéré le combiné de son support.
        
            - Allô !… J'écoute !…risque-t-elle timidement, avec un tremblement d’inquiétude dans la voix.
         
            - On ne se moque pas impunément du monde comme vous le faites mesdemoiselles… lui rétorque la voix déjà entendue ultérieurement.
        
            - C’est lui !… chuchote Catherine, subitement mal à l’aise.
        
            - Votre raillerie ne m’a pas amusé… poursuit l’autre d’une voix sèche reflétant son mécontentement d’avoir été la victime de ce quolibet à pareille heure.
         
            - Je m’excuse de vous avoir importuné monsieur. J’espère que vous n’êtes pas fâché ?… se confond Catherine d’une voix déconfite et modulée, adoptant un ton volontairement innocent, voire contrit.
         
            - Vous allez pouvoir le constater par vous-mêmes. Car vous êtes deux, si je ne me trompe ?
         
            Les intéressées ont échangé des regards déroutés.
         
            -  Comment ça le … constater… a pâli Catherine en déglutissant nerveusement à plusieurs reprises, au risque de s’étrangler..
         
            - J’ai votre numéro. Je peux savoir où vous êtes. Je vais me rendre à votre domicile. J’ai une sainte horreur des farces imbéciles. Je vais vous découper en petits morceaux. .. menace-t-il avec une ironie glacée dans le son de sa voix. 
         
            Et l’inquiétant personnage a aussitôt raccroché, laissant les deux adolescentes dans l’expectative.
        
            - Tu crois qu’il était sérieux… frissonne Julie, perplexe.
        
            - Il a certainement voulu nous faire peur pour nous punir de l’avoir éconduit de la sorte… tente de dédramatiser son amie, le visage blême, désireuse de s’en persuader elle-même. 
        
            Mais elles ont de nouveau tressailli, le timbre du téléphone résonnant une nouvelle fois.
         
            La main tremblante, Catherine a hésité durant une poignée de secondes avant de se décider à se saisir du combiné et a conjointement connecté le haut parleur.
        
            - C’est encore ce cinglé … pressent Julie d’une voix angoissée …
        
            Catherine n’a pas eu le temps d’apporter de réponse, qu’une voix se manifeste à l’autre bout du fil …
        
            - Encore envie de fanfaronner, jeunes filles ?… ricane-t-elle.
        
            - C’est lui !… a frémi Catherine, croisant le regard désemparé de son amie, dont la blancheur du visage s’est intensifiée.
         
            D’un geste à la fois nerveux et paniqué, elle s’est pressée de raccrocher à son tour. 
         
            Sans échanger le moindre mot, les deux adolescentes, déconcertées et éperdues, gardent le regard rivé sur le téléphone. Immobiles et semblables à des statues de marbre, plongées dans une hypnose démentielle, elles ont tressauté à sa sonnerie intempestive qui troue à nouveau le silence. Elle résonne sans répit encore et encore dans leur corps, dans leur tête, telle une menace grandissante à travers la nuit. Les nerfs à vif, manifestement résignées à subir l’impensable, elles se sentent, l’une comme l’autre, incapables de continuer à faire face à cette situation devenue insupportable et qui menace de leur faire perdre la raison.
         
            Et c’est bientôt le répondeur qui assure la relève. 
         
            - Je suis devant votre porte. Je vais entrer régler mes comptes … menace cette fois la même voix, les ramenant à la réalité.
         
            Un cri d’effroi s’est échappé des lèvres des deux amies en plein désarroi, qui ont échangé des regards affolés.
        
            - La lumière !… Eteins la lumière !… s’est écriée Julie d’une voix blanche, complètement paniquée.
        
            La pièce est rapidement plongée dans le noir et les verrous tirés précipitamment ; tandis que des coups secs et violents sont à présent assénés contre la porte d’entrée.
        
            Au bord des larmes et le cœur battant à un rythme endiablé, les deux infortunées, les traits crispés, s’imaginent leur dernière heure arrivée.
        
            Puis, subitement, plus rien … silence total …leur calvaire semble avoir pris fin. Seul, un chien hurle dans la pénombre de la rue déserte.
        
            - Que fait-on ? Il va revenir !… balbutie Julie, le visage blême, agité d’un tremblement nerveux.
        
            - Je ne sais pas. J’ai peur… sanglote Catherine.
        
            Plusieurs minutes se sont à présent écoulées, sans que la menace ne se soit de nouveau manifestée.
        
            - Son numéro est encore sur l’écran du téléphone… mentionne Catherine avec des fragments de sanglots dans la voix... Je vais le rappeler pour le prier de cesser ses absurdités. Faute de quoi je l’avertis que je préviens la gendarmerie.
         
            - Espérons que ce cinglé nous laissera tranquilles… hoquette Julie, en essuyant une larme d’un revers de main, tandis que son visage tendre et juvénile aux taches de rousseur, continue de refléter la plus extrême frayeur.
         
            D’une main tremblante, Catherine s’affaire aussitôt à rappeler l’inconnu, d’après ses coordonnées demeurées en mémoire.
         
            - « Le numéro que vous avez composé n’est pas attribué ou n’est plus en service. Nous regrettons de ne pouvoir donner suite à votre appel » indique une bande passante.
        
            Les deux jeunes filles ont échangé des regards interdits.
        
            - Tu t’es trompée … présume  tout naturellement Julie.
        
            - J’ai utilisé la touche « bis » !… se justifie Catherine en faisant une nouvelle tentative.
        
            Mais c’est le même message d’erreur qui se fait de nouveau entendre.
         
            - J’y pense… se ravise Julie, la mine réfléchie… Sur ton ordinateur, tu peux chercher le nom de cette personne à l’aide du numéro inversé. Nous saurons immédiatement où elle habite !  
        
            -  Bonne idée… acquiesce Catherine en s’exécutant promptement.
           
            ………. Surprise … ! ! ! !
        
            - C’est … c’est le numéro de … de mon voisin d’à côté … murmure cette dernière du bout des lèvres.
        
            -  Cela explique tout ! Tu vois bien que c’était une plaisanterie… anticipe Julie…Il a reconnu ton numéro et a voulu te faire une farce à son tour. Ce qui est tout de même étrange, c’est la teneur de ce message indiquant que son numéro ne soit plus attribué. 
        
            - Non. C’est impossible… hoquette Catherine, la lèvre inférieure légèrement tremblante, tandis que ses traits reflètent la plus vive terreur.
        
            - Comment ça impossible ?… s’étonne Julie. 
        
            - Parce que la maison est vide. Cet homme qui vivait seul, est décédé la semaine dernière ...
     
     
    -----------------------------------------
     
    Suite de la lecture = Cliquez sur le chiffre 3 plus bas -
     

  • Commentaires

    1
    Laurey
    Mercredi 6 Avril 2011 à 07:58
    J'ais connu un grand homme de raison, comme vous d'ailleurs.Dès qu'il commencais à me parler, je ne savais plus m'arrêter de l'écouter. Je vous félicite.Slts

    http://www.myspace.com/554234085
    2
    Maya56
    Jeudi 7 Avril 2011 à 18:19
    Je viens souvent visiter votre blog j'adore vos histoires. Vous avez le don de captiver les lecteurs. J'ai super aimé cette nouvelle petite histoire tout comme celle d'avant le cimetière.
    Vite une autre Stephan. Bisous bonne soirée.
    Nadya LL http://www.myspace.com/maya56000
    3
    Marie
    Dimanche 10 Avril 2011 à 14:45
    Ce soir je ne vais pas décrocher le téléphone... au cas où...

    Marie http://www.myspace.com/534007786
    4
    lauren
    Mardi 12 Avril 2011 à 15:07
    J'ai adoré vos 2 dernières nouvelles le cimetière et le téléphone. ça me fait encore froid dans le dos mais j'en REdemande. j'aime votre style et votre manière d'aborder ces énigmes. Merci pour ces instants de délassement.

    lauren http://www.myspace.com/emmapeel73
    5
    Judith
    Jeudi 14 Avril 2011 à 17:58
    super ! vous avez le don de passionner le lecteur; Je suis entrain de lire votre nouveau roman sur le graal ça se lirait d'une traite tellement c'est passionant.
    Bonne soirée stephan lewis je vous fait un gros bisou pour vous donner du courage.
    Judith http://www.myspace.com/235803575
    6
    Sandra URSULET
    Mardi 3 Mai 2011 à 09:19
    C'est avec plaisir que j'ai pu découvrir un extrait du " Téléphone " que je trouve excellent, et par la même occasion d'être une de vos futures lectrice. Merci pour ces lectures supplémentaires et à bientôt.
    Sand http://www.myspace.com/ursuletsandra
    7
    Kanibal
    Mardi 3 Mai 2011 à 17:23
    Merci Stephan,
    Je viens de finir de lire "Le telephone entre les vivantes et le mort, c'est super!
    Moi je travaille sur les préjugés tenaces et les houleuses relations nord-sud.
    Je prepare un manuscrit sur l'aventure de la toile je vous envoie ci-joint un extrait.vous me direz ce que vous en pensez.

    Kanibal http://www.myspace.com/f-lanlan
    8
    Fran
    Lundi 9 Mai 2011 à 19:57
    Bonjour Stephan,
    vos nouvelles sont très interessantes Excellent travail !

    FX http://www.myspace.com/conceptfxdussol
    9
    Chantal VLammiros
    Lundi 16 Mai 2011 à 16:32
    Chantal VLammIros
    bonjour stephan, j'aime l'irrationnel, le fantastique, le suspense, et j'ai eu plaisir à lire cette histoire, cela donne l'envie d'une suite encore plus étrange, merci à vous de votre amitié, amicalement Chantal http://www.myspace.com/549637617
    10
    gazzzouou
    Lundi 16 Mai 2011 à 16:42
    Comme tous vos écrits d'ailleurs, cette nouvelle est très intéressante. Côté horreur soft qui donne des émotions. J 'ai bien aimé.

    I http://www.myspace.com/gazzzououa
    11
    Sandra deux 3
    Lundi 16 Mai 2011 à 19:55
    Sandra deux 3.
    Wouhaaa !! fini je ne ferai plus de blagues au téléphone ... promis ;-)
    J'ai eu un réel plaisir à lire cet écrit

    Sandra http://www.myspace.com/missvmax
    12
    Alex
    Mardi 17 Mai 2011 à 14:28
    Alex
    La tension monte petit à petit, j'étais vraiment dedans, euh je crois que le téléphone sonne ...non finalement j'vais pas répondre...
    Alex http://www.myspace.com/rline17
    13
    Dom
    Mardi 17 Mai 2011 à 15:05
    Dom
    J'aime beaucoup ! Merci et bonne journée

    Dom http://www.myspace.com/547072468
    14
    Ghislaine Massardier
    Mardi 17 Mai 2011 à 18:56
    A la lecture du téléphone je m'abonne et me présente devant vous sans aucun coup de fil allez bonsoir je file me coucher avant de poursuivre la lecture de votre livre actuel...
    Ghislaine M. http://www.myspace.com/561279917
    15
    Rosalie
    Jeudi 26 Mai 2011 à 19:35
    Bonjour, Mr Lewis !
    Je suis enchantée de vous trouver ici. J'ai lu Le Téléphone avec grand intérêt, j'aime cette histoire simple et angoissante à souhait, la fin est excellente... Je n'ai pas eu le temps de lire les autres cet après midi mais je les lirai dès que je pourrai. Je vous remercie et vous souhaite une bonne journée.
    Amicalement,
    Roselyne. http://www.myspace.com/567642109
    16
    stefan
    Jeudi 2 Juin 2011 à 11:15
    Merci c'est sympa, "le téléphone" me fais panser a ce filme "Scrim" revu et corrigée en mieux ! ! ! En tout cas toutes les histoires se ressemble comme nous tousse,
    comme la vie qui reprend a chaque fois qu'elle s'étant, encore et encore ...
    j'adore toutes vos histoires. Bonne continuation
    Amicalement Stefan http://www.myspace.com/iistteff
    17
    Anais
    Dimanche 12 Juin 2011 à 18:18
    Je viens de terminer la mésaventure de ces deux jeunes filles insouciantes.
    J'avoue avoir aimé, et ne pas en avoir soupçonnée la fin.
    Bravo, et merci.
    Anaïs. http://www.myspace.com/563206972
    18
    ysabelle
    Vendredi 17 Juin 2011 à 23:59
    très bien écrit , vous avez beaucoup de talent , c'est haletant et le suspens est vraiment de grande ampleur on hate de savoir ...
    19
    FABY
    Mardi 28 Juin 2011 à 18:05
    bonjour STEPHAN. J'ai tous vos romans depuis le temps et je continue a vous suivre j'adore les aventures de Dany BALLANTINE et du professeur Winter. j'ai bien fait de repasser sur votre site vous avez mis 2 nouvelles histoires en ligne Le cimetière et le Téléphone, aussi excellentes l'une et l'autre.
    A trés bienttôt, une fan de Dany Ballantine. et de Stephan LEWIS évidemment
    Fabienne Martin http://www.myspace.com/512778490
    20
    Morgan
    Samedi 9 Juillet 2011 à 22:34
    merci pour ton lien , j'adore ton style et en temps qu'illustratrice " sourire" je regarde les couvertures de tes livres ... .. Je suis très enchantée de faire parti de tes amis myspace ..KISS
    21
    Catherine Grebaut
    Lundi 15 Août 2011 à 10:33
    vous savez stephan, je me nomme catherine et ma fille julie lol http://www.myspace.com/521434549
    22
    Catherine Grebaut
    Lundi 15 Août 2011 à 10:35
    vous avez raison je ne décroche plus mon tel à partir de 22h30 lol, je vous souhaite une très belle soirée cathy http://www.myspace.com/521434549
    23
    Princess
    Dimanche 27 Novembre 2011 à 09:43
    J'ai adoré j'avais déja lu le secret des pierres d'ica et le mystére de l''ile des géants et j'ai beaucoup aimé surtout le suspense. a noel je vais commander le livre sur le graal. a bientot Magali http://www.myspace.com/browse/people#!/417623752
    24
    caramel
    Dimanche 4 Décembre 2011 à 10:36
    bonjour Mr LEWIS g pas encore tout lu et je compte bien le faire mes j'ai carrément adoré l'histoire du téléphone c'est tout ce que j'aime les histoire comme sa en tout cas bonne continuation pour la suite c 'est super !! Mary DESILES http://fr.myspace.com/510013453
    25
    Mayunnaise
    Lundi 19 Décembre 2011 à 19:17
    bonjour stephan j'ai beaucoup aimé ce que vous avez écris surtout le téléphone heureusement que vous m'avez prévenu que si je lisais je ne dormirais pas bah je pence que ça va être le cas^^ bonne continuation et à bientot Joye Tell http://fr.myspace.com/joe3448
    26
    KARY
    Mardi 24 Janvier 2012 à 17:47
    bjr j'ai carrement flippé dans l'histoire je me suis vue a la place des filles. on se demande ce qui va arriver c'est super super super. je vais lire les autres ce soir. Karen L.
    27
    misstrinitygirl
    Mercredi 25 Janvier 2012 à 18:06
    Jaime les histoires qui font peur je vous remercie pour ses extraits dans le suspense et l'etrange tous se que jaime surtt les 2 filles tro bien quand vous sortirez un livre tenez moi informer bisous babou Vivi http://fr.myspace.com/431575542
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :